Au XIXe Siècle, en 1864, dans la région de Stormfield, des créatures rôdent..
Comment survivez-vous parmi elles ?

 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion





Quand la paix prend fin [PV Winath Lone]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Côté RPG :: Aux frontières de Stormfield :: La Montagne Fabrice
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle:
Description Caractérielle:
Relations:
Sorcier
Sorcier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 5
Date d'inscription : 03/03/2017
MessageSujet: Quand la paix prend fin [PV Winath Lone] Dim 12 Mar - 16:03

Quand la paix prend fin...


Featuring Winath Lone


Une forêt luxuriante et abondante était attachée à la montagne. Cette montagne qui culminait à quatre cents mètres et dont l'escalade était difficile. C'était dans cette forêt, loin de la civilisation qu'un sorcier avait décidé de vivre. En solitaire. Eloigné de tout et de tout le monde. Il ne supportait pas la présence des autres. Si un humain le voyait faire de la magie, il l'appellerait Démon. Si un sorcier le voyait faire de la magie, il l'appellerait Démon également tellement il était étrange. Les autres créatures avaient plutôt tendance à sous-estimer ce qu'il savait faire. Cela le lassait. Alors sa chouette, Aramis, le prévenait quand une présence s'approchait pour qu'il s'éloigne un peu plus.

C'était un après-midi comme les autres. Arthas avait laissé sa belle chouette partir chasser. Elle avait besoin de se nourrir et les rongeurs étaient en abondance dans la forêt. Et puis, elle avait besoin de volet pour s'entraîner. Sentir le vent dans son plumage était une sensation agréable. Elle s'amusait à faire des cabrioles dans les courants d'air chauds et froids. Pendant ce temps-là, le jeune sorcier avait remarqué qu'un arbre se mourrait. Il était plus en hauteur dans la montagne, l'eau dans le sol se faisait de plus en plus rare. Il s'assit en tailleur en face de l'arbre, inconscient de ce qui allait se passer d'une seconde à l'autre. Il ferma les yeux et visualisa la source d'eau qui passait sous la montagne. Il avait raison, l'arbre n'était plus alimenté. Il expira et fit bouger doucement ses mains alors qu'une boule d'eau se formait entre elles. Ses veines brillaient d'une couleur bleutée, elles ressortaient sur sa peau, donnant une lueur très surnaturelle. C'était ce qu'il était et ce qu'il serait toujours. Murmurant une prière à Hécate, il créa un bras à la source souterraine pour qu'elle atteigne l'arbre. Il rouvrit les yeux, serein. Content de lui, sa peau revenait à son état normal. Mais son contentement fut de courte durée quand il entendit une voix terrifiée:


« Monstre ! Démon ! »

Arthas eut tout juste le temps de voir une silhouette partir en courant vers les villes. Il avait pourtant tout fait pour être discret et se tenir éloigner de tout. Mais les présences humaines commençaient à se faire sentir. Il devait cependant attendre qu'Aramis daigne revenir. Il ne pouvait pas partir sans elle. Il commença à prendre la direction que sa chouette avait prise. Il marcha, sentant le soleil se coucher au fur et à mesure. Il savait que parfois elle mettait plusieurs heures avant de revenir. Il soupira et commença à accélérer l'allure. Il sentait l'atmosphère devenir de plus en lourde et pesante. L'obscurité commençait à augmenter. Mais il ne pouvait plus rien faire quand il fit le tour de lui-même. Des lueurs de torches avec des silhouettes portant des fourches s'approchaient de lui. Comment allait-il s'en sortir ? Il ne voyait aucune issue...


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Vit en forêt (vagabonde).
Description Caractérielle:
Relations:
Sorcière
Sorcière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 48
Date d'inscription : 05/07/2013
MessageSujet: Re: Quand la paix prend fin [PV Winath Lone] Mer 15 Mar - 20:26



Quand la paix prend fin.

Avec Arthas.



Un nouveau jour, je m'affaire près d'un ruisseau - j'ai une plante bien spécifique à récupérer, mes réserves diminuent. Pas de patients en ce moment, je ne sais si je dois m'en réjouir ou pas, je me sens presque inutile. D'un autre côté, si personne n'est en danger de mort, c'est aussi bien comme ça. J'ai une impression étrange aujourd'hui. Mes derniers rêves ont été troubles et je n'ai pas été capable de m'en souvenir - ce qui n'arrive habituellement jamais. La seule chose qui m'a frappée est une image de feu. Sa chaleur, une sensation étrange : pas de brûlure mais de légers picotements, puis le brasier, la chaleur qui augmente - toujours sans douleur ou blessures - et l'inconfort qui s'installe. Inconfort car je sais d'où vient ce rêve. Un souvenir. Je pense avoir rêvé l’événement. Je me concentre, cherche la plante en question. Ah, là voilà, je vais pour en attraper un brin mais me pique.
Un oiseau me survole, je lève la tête, croise mon regard dans l'eau.
Torches, la clameur - de mon passé ? - enfle. Un oiseau - je ne parviens pas à en voir plus -, une menace qui accule et insulte.  "Démon" - non ce n'est pas le passé, mais un futur, pas le mien de prime abord non plus - ! Les sinuosités de la montagne bloquent, servent de cage au porteur de l'attention. Le sorcier a les yeux bleus.
La vision s'efface aussi vite qu'elle est apparue et me laisse à bout de souffle. Non-sollicitée, elle s'empare de mes sens, prend le contrôle. Je ne sais pas si je parviendrais un jour à y rester de marbre. La montagne Fabrice, donc. Je regarde le ciel et estime l'heure de l'incident : je sais qu'il aura lieu aujourd'hui. Et bien que je ne connaisse pas cette personne, je ne peux pas me résoudre à ne pas intervenir, pas maintenant que je sais. J'ai un jour connu la colère du peuple, une partie de moi est morte ce jour-là, avec elle. Il en va de mon devoir de faire quelque chose.
Redistribuer l'aide que j'ai reçue, peut-être. Ou bien tout simplement aider un pair inconscient du danger qui le poursuit.
Toujours est-il que j'expédie rapidement mes tâches pour me diriger vers le lieu des événements.

Je ferme les yeux, me remémore la scène. Je perçois presque la chaleur des torches, revois leurs nuances. J'ouvre les yeux et étudie les alentours. Ce que j'ai vu doit être en train d'arriver en ce moment-même, à moins d'un kilomètre de là. Je ferme les yeux, inspire et me sens voyager. Je les rouvre, prend la main du sorcier dans la mienne et recommence, surprise par la proximité du danger. Une exclamation et nous voilà repartis. Sauf que je ne parviens pas à nous emmener à destination. Nous déboulons cent mètres plus bas et, essoufflée, je me demande ce qui a pu nous faire dévier.. Autre problème : nous sommes déjà repérés.

- Bonjour !, je crois qu'il va falloir courir. Suivez-moi !

Et je l'entraîne à ma suite sans attendre, consciente que notre avance est au final bien mince. Que s'est-il donc passé ? A-t-il résisté ? Ai-je été déstabilisée ? Tant pis, l'erreur est arrivée, à nous de faire avec.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle:
Description Caractérielle:
Relations:
Sorcier
Sorcier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 5
Date d'inscription : 03/03/2017
MessageSujet: Re: Quand la paix prend fin [PV Winath Lone] Ven 17 Mar - 10:30

Quand la paix prend fin...


Featuring Winath Lone


La forêt abondante était de plus en plus éclairée par la lumière des torches. Le sorcier solitaire pouvait voir qu'il était encerclé. Il n'allait plus avoir le choix : utiliser sa magie. Il sentait les groupes s'approcher de plus en plus, il pouvait observer les visages remplis de haine des gens. Ils le détestaient juste parce qu'il pratiquait la magie... Mais il n'avait en aucun cas envie de brûler sur un vulgaire bûcher. Il se battrait toujours pour survivre. Il allait prendre son arc dans son dos, mais il fut pris par surprise. Une sorcière était apparue, lui avait prit la main et ils s'étaient téléportés alors qu'il allait utiliser sa magie pour se sortir de ce mauvais pas. Il pouvait voir Aramis voler au-dessus de lui alors qu'ils étaient à destination. Mais quand il regarda la sorcière, elle semblait surprise. Ils n'étaient qu'à une centaine de mètres des hommes, et ils les avaient déjà repérés. Arthas soupira. Il ne manquait plus que ça ! Il n'a pas le temps de réagir pour faire quoi que ce soit que la sorcière dit:


- Bonjour !, je crois qu'il va falloir courir. Suivez-moi!

Elle l'emmène en lui tirant sur la main. Au départ il ne résiste pas, il avait été surpris. Puis il dégage sa main de celle de la sorcière. Il ne supportait pas le contact avec ses congénères. De plus, ces derniers passaient son temps à l'appeler Démon ou Monstre. Il ferme les yeux et se connecta avec Aramis qui volaient au-dessus des humains qui les poursuivaient. Le sorcier rouvre les yeux. Ces derniers sont alors d'un bleu de glace, tandis que ses veines se coloraient d'un bleu froid. Le bleu de la glace. Ce bleu si pâle des icebergs que l'on observait dans le nord. Il s'arrête de courir et voit les humains qui sont encore loin derrière eux, les torches révélant leur position. Il ferme les yeux et se concentre. Il avait l'impression de luire d'une lueur bleutée, ses runes étaient bleues glaciales également. Il commence des gestes avec ses mains en les montant au fur et à mesure. Il créa un mur de glace entre ses poursuivants et lui. La glace était transparente, il les apercevait toujours. Alors il se tourna vers l'étrange sorcière qui avait voulu l'aider.

Il est méfiant, cela se voit dans son regard alors l'élément du feu vient éclairer ses yeux de rouge orangé, ses veines et ses runes de cette même lueur. Une boule de feu s'était formée dans ses mains. Il demanda alors:


« Que me voulez-vous, sorcière ? »

Ce n'était pas une insulte, mais il ne faisait confiance à personne. Pas même à sa sauveuse. Il entendait les paysans taper contre la glace. Elle était solide mais ne tiendrait pas forcément très longtemps. La magie n'était pas infinie.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Vit en forêt (vagabonde).
Description Caractérielle:
Relations:
Sorcière
Sorcière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 48
Date d'inscription : 05/07/2013
MessageSujet: Re: Quand la paix prend fin [PV Winath Lone] Dim 26 Mar - 15:16



Quand la paix prend fin.

Avec Arthas.



Les choses auraient pu être pires, c'est vrai. Mais ça pourrait vraiment être mieux. Profiter de la journée pour autre chose que de courir pour semer d'obscurs crétins, par exemple. Je n'ai pas eu le temps de sonder la foule mais je sais déjà que je suis repérée, cataloguée. J'espère ne pas avoir de problèmes par la suite avec l'un d'entre eux. Pas le temps pour ce genre de considérations cependant, j'ai une mission à mener à bien. Ma tête tourne légèrement, je tâche de réguler mes battements de cœur, mon souffle pour aller mieux. Je ne sais pas si je n'ai pas trop épuisé mes forces aujourd'hui, se dématérialiser par deux fois en un court laps de temps ne peut pas me faire de bien. Je refuse de ralentir ou de faiblir et continue, faisant fi de mes vertiges que j'espère momentanés.
Le jeune sorcier dégage rapidement sa main de la mienne, je ne m'en formalise pas jusqu'au moment où ce dernier s'arrête tout à fait de courir. Ma surprise se lit peut-être sur mon visage - cherche-t-il à mourir ?, je me tourne vers lui, inquisitrice. L'énergie bouge autour de nous et la couleur de ses iris - et de ses tatouages ? - change. Il use de la magie. Pas besoin de lui poser de questions, un filtre translucide coupe désormais la route de nos poursuivants - pour combien de temps encore ? qui gagnaient du terrain, maintenant que nous étions à l'arrêt. Se tournant vers moi, la couleur qui le teintait change désormais pour quelque chose de plus fauve. Une boule de feu se forme entre ses mains. J'hausse un sourcil, me demande s'il compte bien s'en servir contre moi.
Je me souviens de ce jour en particulier, me demande si le sort de protection de mon ancienne mentor pourrait toujours empêcher le feu de me brûler.

- Que me voulez-vous, sorcière ?

Je suis surprise que mes intentions ne soient pas évidentes, ne sais pas comment prendre l’appellation. Il est méfiant, agressif. Et semble considérer nos statuts de sorciers comme quelque chose de négatif. Je choisis de ne pas me sentir insultée et réplique de la même manière, derrière les coups de poings de nos poursuivants contre ce qui semble finalement être de la glace.

- Vous sauvez la vie, sorcier. Maintenant j'aimerais vraiment que nous ne perdions pas d'avantage de temps, je ne tiens pas à finir lapidée ou pire.

Pire comme me retrouver une nouvelle fois sur le bûcher. Ai-je jamais dis que je vouais, depuis, une sainte horreur à tout ce qui pouvait se rapprocher à mourir brûlée ? Sans parler des cauchemars, bien sûr. Cauchemars dans lesquelles je voyais la femme qui m'avait sauvée la vie brûler et agoniser sans que je puisse rien y faire.
Je concentre mon regard sur le jeune homme et sur son "aura" feu-follet. On pourrait presque le croire en train de brûler, comme cela. Sur un ton plus neutre, j’enchaîne.

- J'ai vu ce qui ce aurait pu se produire et j'ai décidé d'intervenir. Ils ne nous suivront pas si nous réussissons à gagner la Forêt Sombre.. Sauf si vous avez  une meilleure idée.

La glace, plus que fragilisée, se fissure lentement. Certains y vont avec des fourches, d'autres tâchent de faire fondre la paroi. Le temps nous est encore compté, et tout ça pour quoi ?

- En attendant, je propose que nous ne trainions pas et que nous remettions à courir.

Je ne cherche pas à lui prendre la main cette fois, je n'en est pas besoin, bien que mon souffle soit à nouveau régulier et que mes vertiges aient disparus, je me sens toujours affaiblie. Je n'ai malheureusement pas grand chose sur moi - très peu de fioles, et encore pas sûr que l'une d'entre elles puissent s'avérer utile. Sans rien montrer de mon trouble, je me détourne des visages haineux qui nous maudissent du regard et tâche de faire fluctuer mon énergie. Yeux clos, les pieds ancrés dans le sol, j'attends, me détends puis enfin sens mon flux sanguin. Me concentrant d'avantage, je parviens à sentir mon énergie. Je la fais monter de mes pieds jusqu'à ma tête, réduis mon anxiété - bien trop de choses me semblent en jeux, le dernier jour de mon ancienne vie me revient sans cesse en tête, bien trop pour que je puisse aborder cette situation calmement, je suis certainement trop impliquée personnellement. Je me détache de tout cela, essaie de regagner ce que j'appelle ma "neutralité bienveillante". Il est ensuite l'heure d'ouvrir les yeux et de se préparer à une fuite en bonne et du forme.
Je tourne la tête vers le sorcier, un gros bruit - la paroi de glace !, et nous nous mettons subitement en route.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle:
Description Caractérielle:
Relations:
Sorcier
Sorcier
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 5
Date d'inscription : 03/03/2017
MessageSujet: Re: Quand la paix prend fin [PV Winath Lone] Mer 29 Mar - 9:36

Quand la paix prend fin...


Featuring Winath Lone


Des coups martelaient le haut mur de glace derrière le sorcier alors qu'il faisait face à la sorcière. Il ne savait pas comment réagir face à elle. Elle avait voulu le téléporter et il s'était alors méfié. Il avait toujours sa boule de feu entre les mains. Ses veines ressortaient d'une couleur fauve, ainsi que ses runes, et ses yeux avaient la couleur de l'enfer, comme si des flammes y étaient vivantes, faisant briller ses yeux de rouge, de orange et de jaune. Cela pourrait presque avoir quelque chose d'hypnotiques si la situation n'avait pas été si fâcheuse. Arthas, avec Aramis sur son épaule, fronçait les sourcils en attendant la réponse de la sorcière :


- Vous sauvez la vie, sorcier. Maintenant j'aimerais vraiment que nous ne perdions pas d'avantage de temps, je ne tiens pas à finir lapidée ou pire.

Il la fixe du regard, incertain. Lui non plus ne voulait pas finir dans cet état. Il fuyait les hommes et les créatures depuis toujours. Se faire aider, par une sorcière qui plus est, était vraiment nouveau pour lui. Elle parlait d'une voix neutre alors qu'il entendait que son mur de glace commençait à se fissurer contre les coups des hommes. Il écoute alors :


- J'ai vu ce qui aurait pu se produire et j'ai décidé d'intervenir. Ils ne nous suivront pas si nous réussissons à gagner la Forêt Sombre... Sauf si vous avez une meilleure idée. En attendant, je propose que nous ne trainions pas et que nous nous remettions à courir.

Arthas l'observe alors fermer les yeux. Il sent du pouvoir qui augmente progressivement. Il semblerait que la sorcière veuille refaire ses forces. Mais un gros bruit se fait entendre derrière eux : le mur s'effondre. Il entend alors crier:

« Sorcière ! Laisse-nous le Démon ! »

Le sorcier observe la sorcière, ne sachant pas si elle allait vraiment le livrer aux hommes, mais ses doutes furent de courtes durées quand il suivit la sorcière en courant. Aramis s'était envolée de son épaule. Alors Arthas songea à une chose. Pouvait-il donner assez d'énergie à la sorcière pour qu'elle les téléporte dans un lieu en paix ? Il devait essayer. Il ferma les yeux en courant, se concentrant sur ses autres sens et prit la main de la sorcière. C'était malgré lui, mais c'était pour leur sauver la vie. Il murmura à l'attention de la sorcière:

« Cela va piquer un peu... »

Ses veines et ses runes se colorent de jaune, ses yeux se colorent en foudre électrique. L'énergie des éclairs pouvaient recharger la magie chez certaines personnes. Il l'avait déjà expérimenté avec ses parents. Il envoya juste assez d'énergie dans la paume douce de la sorcière en courant. Il demanda alors:

« Téléportez-nous. »

La sorcière devait se sentir à bloc à présent.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Vit en forêt (vagabonde).
Description Caractérielle:
Relations:
Sorcière
Sorcière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 48
Date d'inscription : 05/07/2013
MessageSujet: Re: Quand la paix prend fin [PV Winath Lone] Ven 12 Mai - 19:25



Quand la paix prend fin.

Avec Arthas.



Je n'aime pas notre situation. Dans des romans, nous aurions pu être deux amis fuyant le sourire aux lèvres mais il s'agit de la vrai vie, et on ne sourit pas quand le danger nous guette, à moins d'avoir de sérieux problèmes. Et la situation n'était pas bonne, elle n'en avait pas non plus l'air. Trop de monde, trop d'agitation, tout était bien trop précaire. Une erreur - comme celle que j'avais dû commettre, à un moment ou à un autre, par exemple - et c'en était fini de nous. Nous bien étrange, d'ailleurs, mais ayant pris comme responsabilité de le sortir d'affaire, je n'avais pas vraiment d'autre choix. C'était étrange, cette sensation. L'idée fixe qui me hantait depuis ma vision. Je le sauverais, ou mourrais en essayant, ma seule et unique certitude concernant notre situation.
Bien délicate, par ailleurs. Un gros bruit, et plus rien. Plus de vitre pour nous protéger, nous étions à découvert, si vulnérables. Sans plan pour nous sortir de là, enfin, si : courir. Je ne connaissais pas l'autre sorcier, ne pouvais compter sur ses éventuelles qualités.
Je prends garde à ne pas perdre mon souffle et veille discrètement à ce que la personne pour qui je suis dans ce pétrin ne se perdre pas en chemin - je ne suis ni très rapide ni forcément endurante mais j'ai eu l'instinct de courir plus tôt, bien qu'il me dépassera rapidement, ce n'est qu'une questions de foulées, maintenant. Le voilà qui me dépasse presque et attrape ma main, je tâche de ne pas me montrer trop surprise - ou bien suspicieuse - quand il s'explique d'avantage :

- Cela va piquer un peu...

Et en effet, sa main me pique. Enfin, pas sa main, mais qu'importe. Je manque tout d'abord de trébucher sous l'effet de l'énergie passant de lui à moi - est-il si désespéré, si confiant en mes compétences ou bien en moi ? - mais je me rattrape vite, tomber n'aiderait pas vraiment... Je lui accorde un regard et note une lueur jaune, qui se dégage de son corps... ses marques ? Ses yeux et veines aussi, d'ailleurs, si bien qu'il semble se fondre en soleil. Je détourne le regard, l'entends ajouter :

-  Téléportez-nous.

J'hoche alors la tête, rythme mes foulées sur les battements de mon cœur et, les yeux ouverts, tâche de me concentrer assez pour sentir l'énergie dans mon corps et autour de moi - il y a d'ailleurs une masse palpitante d'énergie à deux pas, qui brille comme un bûcher sur mes radars mentaux. Je tâche de faire abstraction, tiens plus fermement sa main et.. "pof", pourrait-on dire. Sauf qu'il est toujours en train de courir et que je m'arrête subitement pour reprendre mon souffle, la téléportation ayant été fluide, oui, mais pas moins énergivore pour moi. Verdict, je tombe, entraînée par le mouvement et manque de peu de l'entraîner avec moi.
Nous sommes sous le couvert des arbres, sur l'autre versant de la montagne, à plusieurs kilomètres de l'agitation. Je reste à genoux un instant avant de me relever, régulant mes battements de cœur.

- Je n'avais jamais fait ça avant.. Comment saviez-vous que ça marcherait ?

Puis j'essuie mes mains - terreuses - l'une contre l'autre et une fois satisfaite, lui en tends une :

- Winath Lone, et vous ?


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand la paix prend fin [PV Winath Lone]
Revenir en haut Aller en bas
Quand la paix prend fin [PV Winath Lone]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Crépuscule, Quand ta vie prend maintes chemins...
» Quand la femme prend la fuite....[Libre]
» Quand on "prend le ruban"...
» Quand l'art prend vie [PV Makoto]
» Quand l'harmonie prend tous son sens. [Terminé]



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Le Sang de nos Coeurs :: Côté RPG :: Aux frontières de Stormfield :: La Montagne Fabrice-
Sauter vers: