Au XIXe Siècle, en 1864, dans la région de Stormfield, des créatures rôdent..
Que faire, quand votre seul but est de vivre ?

 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion





Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge [PV Winath Lone]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Côté RPG :: Forêt Sombre :: Cimetière abandonné

Carte d'identité
Ville actuelle: Flamdone
Description Caractérielle:
Relations:
Loup Firosia
Loup Firosia
Voir le profil de l'utilisateur http://lesangdenoscoeurs.forumgratuit.ch/t346-johann-faust-si-tu
Messages : 49
Date d'inscription : 10/09/2016
MessageSujet: Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge [PV Winath Lone] Jeu 2 Fév - 21:17
Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge

Privé Winath Lone




Parfois vous ne vous attendez pas du tout à tout ce qu'il va se passer. Mais l'arrogance et trop de confiance apportent la plupart du temps beaucoup d'ennuis, même en ayant de l'expérience dans la vie. Même avec 170 ans, les ennuis arrivent à tout moment. Un loup-garou Firosia en a d'ailleurs fait les frais. Aveuglé par sa soif de réponse sur le sorcier Magnus Bane qui l'a forcé à tuer sa meute autrefois, il a un peu trop titillé des sorciers qui étaient alliés avec des vampires. Vous savez le genre de créatures qu'il ne faut pas énerver sous peine de finir avec votre corps liquider de votre sang... Heureusement, Johann, avec Lucifer aux commandes, était encore en vie. Ou du moins si l'on peut appeler cela être en vie.

Il a alors fait face à trois-quatre vampires après la fuite du sorcier. Trois vampires face à un seul loup-garou. Qu'il soit Firosia ou non ne change pas grand chose pour les prédateurs aux dents longues. Alors il s'est tout bonnement fait massacrer. Mais pas tuer. Curieusement, les vampires voulaient surtout lui donner une bonne leçon. Après tout, dès qu'un cadavre est découvert, les gens deviennent méfiants, ou ont peur.

Ils étaient dans la Forêt Sombre, l'obscurité permettait aux vampires de circuler comme bon leur semble. Face à face, Lucifer s'était transformé, sa forme lupine était plus puissante et plus résistante. Ses muscles roulaient sous son pelage. Les prédateurs aux dents longues n'attendirent pas. Ils attaquèrent. Plusieurs attaques avaient atteint leur cible, un vampire fut gravement blessé. Mais le résultat fut pitoyable : des os brisés qui commençaient à se remettre de travers, des blessures profondes d'où coulaient abondamment du sang. Il avait énormément de mal à cicatriser. La douleur le lançait et il gémissait de douleur. Il ne voulait pas tenter de reprendre forme humaine, la douleur serait insoutenable. Même à présent il avait trop mal. Il fit alors quelque chose d'assez inattendu : il s'évanouit. Et quand il se réveilla, il n'était pas l'endroit où il était au départ...



© lea-angels
Revenir en haut Aller en bas

Carte d'identité
Ville actuelle: Vit en forêt (vagabonde).
Description Caractérielle:
Relations:
Sorcière
Sorcière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 05/07/2013
MessageSujet: Re: Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge [PV Winath Lone] Sam 4 Fév - 1:14

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge.

Avec Johann.




Le jour se lève sous mes yeux mi-clos et les oiseaux interrompent mes exercices de méditation. Le ciel encore clair se fait plein de promesses tandis que je me concentre une dernière fois pour faire regagner le sol à mon livre de sorts. J'ai beau être bien plus instruite qu je ne l'étais, rien ne vaut l'entraînement. Et c'est pour ma part une très bonne routine que de débuter mes journées avec eux.
Je range ensuite mon établi avant de manger quelques baies, remarquant par la même occasion que mes stocks d'herbes sont bas. A force de décoctions, je l'ai réduis au strict minimum, il me faut partir aujourd'hui pour arranger cela : demain sera peut-être trop tard. Et plutôt que de regretter, je me mets en route, une besace en main, une cape chaude sur les épaules. Encore sensibilisée au monde extérieur, je me retrouve en proie à une impression diffuse et froide. Je lève la tête : de nombreux oiseaux s'envolent. Ils sont agités, semblent fuir une zone particulière.
Suivant mes instincts je suis ce qu'il me semble être leur ancienne location, ramassant tout au long de ma promenade les plantes et éléments pouvant m'être utiles. Je quitte bientôt mon coin de forêt pour la Forêt Sombre. Bien que l'endroit abrite plus de prédateurs qu'ailleurs - et une plus grande diversité - je ne fais que très peu de différence entre les deux lieux, habituellement et traditionnellement opposés. Cette partie de la forêt, bien plus vieille que moi, m'a toujours accueillie, c'est un prolongement de mon habitat, une terre tout aussi sacrée que la précédente.
Plus concentrée tout de même qu'ailleurs, je me repère désormais avec mes sens. Il y a comme une saturation de violence dans l'air, l'herbe est tâchée d'hémoglobine, du moins c'est ce que je ressens et ce qu'elle communique. Je ne le vois pas mais le sais : une créature nécessite mes soins. Ce n'est pas et ne sera jamais parce que e ne réclame d'aucun camp que je choisirais la mort. C'est au contraire la vie que je célèbre chaque jour, soignant ceux qui rencontrent mon chemin - s'il m'est possible de soigner, c'est bien parce qu'il devait en être ainsi : il a fallu un mal curable, une rencontre au bon moment, ainsi que toute une myriade de détails.
Et si mon patient - quel qu'il soit -  meurt finalement, c'est parce qu'il devait en être ainsi ; j'aurais essayé, vérifié que son destin n'était pas de vivre plus longtemps grâce à moi. Rien de plus, rien de moins.
J'accélère, je sais bien que chaque instant peut être précieux et découvre, entre des pierres tombales délabrées où la végétation reprend ses droits, la silhouette ensanglantée d'un loup. Je m'agenouille à ses côtés, laisse ma main glisser sur les poils du dos, remonter vers la nuque, à la recherche d'un pouls. Il est faible mais présent. J'examine rapidement le superbe animal et grimace en constatant l'étendue des dégâts. Ce n'est pas beau, loin de là.

- Comment t'es-tu donc retrouvé dans cet état, mon grand..?, je murmure. On va voir ce que l'on peut faire, mais pas ici.

Le surélevant légèrement, je place aussi doucement que possible sa tête sur mes genoux sans cesser de lui caresser le crâne pour le calmer. Certains animaux deviennent nerveux quand il s'agit de magie. Les yeux clos, je me concentre sur ma fréquence cardiaque et murmure les mots que les livres m'ont appris. Je frissonnes, nous sommes rentrés.

Pas une seule secousse et pourtant, nous voilà au milieu de ma cabane, bien loin du cimetière. Je place de quoi surélever la tête de mon blessé avant de préparer quelque chose contre la perte de sang et pour calmer la douleur qui, je n'en doute pas, doit être forte.
Il ne bouge toujours pas, j'allume de l'encens et revient à ses côtés. Seulement, en m’attelant à ma tâche je me rends compte que quelque chose n'est pas normal. Des os ont été brisés et tordus, et les voilà presque réparés quand la plaie est encore béante.

- En voilà une surprise... Je vais te chercher quelque chose de plus fort pour la douleur, ça va aller.

Après avoir donc stoppé le saignement, désinfecté les plaies, je le plonge dans un demi-sommeil plus profond encore : il est temps de remettre les os en place et pas moyen de le faire avec lui conscient. Loup-garou ou pas, je ne cautionne pas la douleur gratuite. Mon but est de soigner, pas de faire souffrir.
Après une grande inspiration, je m'occupe des os, frémissant sous les craquements sourds. Il aura besoin de repos, d'une immobilité presque totale s'il ne veut pas irrémédiablement fragiliser sa structure osseuse. Ces derniers ont été bien trop manipulés pour la journée - au moins. Mon travail s'achevant, je bande au mieux les plaies en tâchant de ne pas entraver ses mouvements : il risque de se transformer avant son réveil... Je pose mes mains sur les flancs du loup qui me faisait provisoirement face et lui envoyait une chaleur diffuse, signal pour ses muscles et sa conscience qu'il était désormais temps de se réveiller.
Le laissant à son sommeil - naturel cette fois - et à son processus de guérison, je commençais à préparer à manger, nous avions une bouche de plus à nourrir aujourd'hui - et pas n'importe laquelle.

Revenir en haut Aller en bas

Carte d'identité
Ville actuelle: Flamdone
Description Caractérielle:
Relations:
Loup Firosia
Loup Firosia
Voir le profil de l'utilisateur http://lesangdenoscoeurs.forumgratuit.ch/t346-johann-faust-si-tu
Messages : 49
Date d'inscription : 10/09/2016
MessageSujet: Re: Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge [PV Winath Lone] Sam 4 Fév - 11:55
Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge

Privé Winath Lone




Un sommeil très profond empêchait la créature blessée de tomber dans le pays des songes. Son subconscient lui disait tout de même qu'il ressentait une très vive douleur. Mais la torpeur dans laquelle il était l'empêchait de hurler. Il s'était évanouit, mais il avait ressentit le transport magique, cela lui avait retourné l'estomac. Mais le repos profond l'empêchait de vider son contenu. Il ressent ensuite une chaleur diffuse au fond de lui-même. Sans qu'il ne puisse contrôler quoi que ce soit, il reprit sa forme humaine. Cheveux auburns aux yeux clos, vêtu d'une chemise et d'un pantalon noirs, il était plein de sang et gémissait de douleur dans son sommeil qui devenait de plus en plus léger.

Lucifer avait trop souffert du combat contre les vampires. Et il refusait de laisser les commandes à Méphistophélès ou à Asaroth. Alors il fit ce qu'il n'avait jamais fait volontairement auparavant. Il fit revenir Johann du plus profond de lui-même. Celui-ci avait bien évidemment assister à tout ce qu'il se passait sans pouvoir réagir. Il savait dans quelle situation il était, qu'il était gravement blessé. Son estomac ballonné lui informa qu'il avait fait un voyage assez catastrophique. Il soupira intérieurement et prit connaissance de l'état de son corps. Les os se réparaient d'eux-même mais avec lenteur. Curieusement, ils n'étaient pas de travers, mais la douleur commençait à ressurgir. Lui avait-on rebriser les os pour permettre une guérison complète ? Il commençait à émerger au fur et à mesure de ce sommeil, la douleur venait avec et il serra les dents.  

A son réveil, des odeurs émergèrent à ses narines. De la nourriture, mais aussi de l'encens, des herbes... Il imaginait très bien où il pouvait être et il n'aimait pas cela du tout : une cabane de sorcière. Ses battements de cœur s'accélérèrent d'angoisse. Il s'était juré de ne plus tomber entre les mains des sorciers et voilà qu'il était dans l'une de leur cabane... Il aurait voulu se redresser, ou même reprendre sa forme de grand loup, mais ses tentatives se soldèrent en gémissements de douleur. Il était beaucoup trop mal en point... Il ouvrit les yeux. Ceux-ci étaient bleu-gris. Quand il tentait de se métamorphoser, il pouvait y avoir comme des éclairs violets et verts. Les seuls indices qui pouvaient révéler qu'il était un Loup-garou Firosia. Il tourna la tête et aperçut une silhouette féminine. Elle semblait être en train de préparer de la nourriture, mais cela pouvait être un poison pour ce qu'il en savait... Il avait tellement chercher d'ennuis à des sorciers qu'il ne serait pas surpris.

Il avait la gorge sèche, mais il parvint tout de même à dire :

- Que m'as-tu fait, sorcière ?

Il grondait légèrement sans s'en rendre compte.




© lea-angels
Revenir en haut Aller en bas

Carte d'identité
Ville actuelle: Vit en forêt (vagabonde).
Description Caractérielle:
Relations:
Sorcière
Sorcière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 05/07/2013
MessageSujet: Re: Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge [PV Winath Lone] Sam 4 Fév - 13:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge.

Avec Johann.



Vu l'état de mon patient et l'occasion, je préparais quelque chose de substantiel - il n'était plus question de renouveler mon repas matinal. Un ragoût de volaille accompagné par ma propre version de la recette de bouillon : un savant mélange entre plantes médicinales et protéines, histoire de lui donner la force de se soigner - son corps devait être épuisé et son système de guérison rapide saturé, à l'heure qu'il était.
Un léger crépitement dans l'air m'apprit que la transformation avait opéré. Lui laissant le temps de se réveiller tout à fait, j'écartais la marmite du feu en ajoutant les derniers ingrédients - rien de mieux qu'un peu de thym si vous voulez mon avis. J'en profitais pour récupérer le linge que j'avais fait bouillir et vérifiais la consistance de l'onguent : épais mais pas gras, il devrait pouvoir faire l'affaire, même si l'application se révélait tardive - je n'avais pas voulu l'appliquer avant, le pelage lupin se serait collé dedans, ça n'aurait donc pas été très efficace.

- Que m'as-tu fait, sorcière ?

Je me retournais alors et constatais avec satisfaction que mon patient avait déjà de belles couleurs. La comparaison avec la forme lupine était compliquée, mais j'imaginais que mes soins préliminaires étaient liés à l'amélioration de son état.

- Bonjour !, comment te sens-tu ?

Je m'approchais en même temps, armée de mon linge humide : j'allais devoir enlever les bandages qui n'étaient plus adaptés à la morphologie de mon invité et nettoyer le sang - une telle quantité ne pouvant qu'attirer d'éventuels prédateurs-problèmes-sur-pattes-ou-jambes. Remarquant enfin qu'il était allongé sur le sol, je récupérais des oreillers et ajustais sa position en silence, relevant parfois la tête pour vérifier où en était l'encens - je ne souhaitais pas l'utiliser entièrement mais récupérer les cendres pour un des cataplasmes requis. Je me rappelais ensuite que mon patient attendait des réponses et décidais de le tenir au courant des opérations à venir.

- Il va falloir nettoyer le sang et mettre de nouvelles bandes,  bouges le moins possible, je n'ai pas envie que tu rouvres tes plaies.

Je me mettais donc à la tâche, nettoyant rapidement les zones dénudées de son corps et, après avoir ôté les bandes, les plaies. Ma bassine d'eau était écarlate et mon linge constamment rosé. Je tâchais ensuite d'appliquer l'onguent, concocté tout spécialement pour apaiser les fortes douleurs et prévenir des infections - non, ces dernières n'étaient vraiment pas les bienvenues ! Il était tendu, peut-être même agressif. Je le savais et le sentais sans pour autant savoir comment m'y prendre. Je tâchais bien sûr de ne pas le blesser et m'appliquais à ne pas envahir - dans la limite du possible - son espace vital. Je ne pouvais cependant pas perdre de temps ou laisser ses doutes à lui m'empêcher de le soigner. C'était mon activité et devoir, de soigner, après tout.
Les mains rougies par l'eau et sale du remède vert séché, je laissais là le loup-garou instant.

- J'espère que tu as faim, j'ai préparé à manger.

Une bassine vidée, des mains lavée et un linge remi à bouillir plus tard, j'étais à nouveau à son niveau, assise sur le sol, lui tendant le bouillon.

- Pour répondre à ta question, je te soigne. Mais je pense que tu t'en étais déjà rendu compte. D'ailleurs, est-ce que ceux qui t'on fait ça vont venir te chercher ? Je dois savoir s'il y a besoin de protéger la cabane.

Il ne pouvait certes pas manger seul, mais j'avais besoin de son assentiment pour continuer - et éviter qu'il ne renverse sa nourriture.

Revenir en haut Aller en bas

Carte d'identité
Ville actuelle: Flamdone
Description Caractérielle:
Relations:
Loup Firosia
Loup Firosia
Voir le profil de l'utilisateur http://lesangdenoscoeurs.forumgratuit.ch/t346-johann-faust-si-tu
Messages : 49
Date d'inscription : 10/09/2016
MessageSujet: Re: Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge [PV Winath Lone] Sam 4 Fév - 16:26
Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge

Privé Winath Lone




Une sorcière. C'était bien cela qu'il avait en face de lui. Elle avait l'air assez pâle, ses yeux étaient si verts qu'ils étaient hypnotiques. Elle avait de long cheveux bruns. Johann détourna le regard. Il ne comptait pas se laisser faire. Il allait se remettre à parler quand elle dit :

- Bonjour !, comment te sens ?

Le Loup-garou Firosia fut bien prit au dépourvu. Il referma la bouche, ravalant les paroles qu'il s'était apprêté à dire. La sorcière semblait bien gentille à première vue. Mais si elle savait qui il était, elle se comporterait sûrement d'une autre manière. Il devrait sûrement cacher sa véritable identité. Elle savait déjà qu'il était un Loup-garou, c'était déjà bien suffisant. Elle s'approchait avec un ligne humide et semblait ne pas vouloir bouger avant d'expliquer ce qu'elle comptait faire. Il écouta donc attentivement ce qu'elle lui disait :

- Il va falloir nettoyer le sang et mettre de nouvelles bandes, bouges le moins possible, je n'ai pas envie que tu rouvres tes plaies

Johann la fixa des yeux tout le long des opérations. Il l'observa changer les bandages, mettre de l'onguent. Il était tendu, il voulait être près si la sorcière faisait quelque chose de désagréable. La douleur devenait insoutenable, l'onguent devait mettre du temps à agir. Mais il ne crierait pas, il s'y refusait. Elle avait terminé de le manipuler et elle gardait ses distances. Il appréciait. Il n'aimait pas que l'on envahisse son espace vitale. Elle avait les mains rouges et vertes, ce mélange était assez curieux. Il ne parlait toujours pas, l'odeur de la nourriture arrivait à ses narines. Son estomac commençait à protester qu'il ne mange pas.

- J'espère que tu as faim, j'ai préparé à manger.

Son estomac augmenta de volume sonore. Oui il avait même très faim. Mais la douleur ne lui donnait pas vraiment d'appétit. Il grimaça alors qu'une vague de douleur surgissait dans ses jambes et ses bras. Il avait eu les quatre membres brisés, ce n'était pas rien. Il l'observa s'asseoir sur le sol près de lui. Il songea un instant à Aurore. Comment aurait réagi la louve face à sa situation ? Vu comment il s'était comporté avec elle, il n'aurait pas été étonné qu'elle l'aurait laissé là. Il avait bien conscience qu'il avait eu de la chance que la sorcière était passée par là. Il allait reposer sa question mais la sorcière parla :

- Pour répondre à ta question, je te soigne. Mais je pense que tu t'en étais déjà rendu compte. D'ailleurs, est-ce que ceux qui t'on fait ça vont venir te chercher ? Je dois savoir s'il y a besoin de protéger la cabane.

Il ne s'en était pas vraiment rendu compte effectivement. Il avait pensé qu'il se réveillerait là où il s'était évanoui. Il grogna faiblement en repensant à comment il s'était fait avoir face au sorcier qui s'était allié aux vampires... Il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. Cela lui servirait de leçon. Il tenta d'humidifier sa gorge et sa bouche avec sa salive, et se mit à parler :

- Je... Je ne pense pas qu'ils nous retrouveraient... J'ai cru sentir une sorte de transport magique que mon estomac a légèrement peu apprécié... Je suis désolée de vous apporter autant d'ennuis... Pouvez-vous me redresser ? Ce serait mieux pour manger.

Il était très rare qu'il s'excuse. Mais cette fois c'était ta véritable identité. Les autres étaient enfuis. Face à cette sorcière il garderait le secret. Comment réagirait-elle à cela ? Il n'avait pas précisé qu'il ne lui ferait pas de mal, il était trop mal en point. Il attendit qu'elle le redresse grâce à des coussins, puis il la laissa le nourrir. Il devrait être docile durant sa convalescence. Il se laisserait faire. Après le repas, il ajouta :

- Je m'appelle Johann et vous ?



© lea-angels
Revenir en haut Aller en bas

Carte d'identité
Ville actuelle: Vit en forêt (vagabonde).
Description Caractérielle:
Relations:
Sorcière
Sorcière
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 05/07/2013
MessageSujet: Re: Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge [PV Winath Lone] Mar 14 Fév - 22:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge.

Avec Johann.



S'il avait l'air plus disposé à disons, coopérer, il n'était pas non plus au mieux de sa force. Je tâchais d'évaluer son état, consciente que les rechutes peuvent être rapides - plus encore quand le surnaturel entre en jeu : avec un véritable loup, j'aurais su à quoi m'en tenir. Là, c'était plus délicat. Il était peut-être question de poison ou que sais-je. Mais pour l'heure, pas de complications en vue. Avait-il l'air en meilleur état qu'il ne l'était vraiment ? Forçait-il les signes de sa réémission ? Je ne pouvais en être sûre mais devais d'abord le nourrir. Après quoi, nous pourrions aviser.

- Je... Je ne pense pas qu'ils nous retrouveraient... J'ai cru sentir une sorte de transport magique que mon estomac a légèrement peu apprécié... Je suis désolée de vous apporter autant d'ennuis... Pouvez-vous me redresser ? Ce serait mieux pour manger.

J'hochais la tête et réajustais doucement sa position, le notant sensible à la magie. Je notais aussi, avec un léger sourire, un changement de ton. Je le laissais tranquille - pour l'heure du moins, et le nourrissais sans encombre. Le pauvre avait vraiment faim. Quelque part, c'était bon signe : ça voulait dire que son corps avait encore la force de se battre. Après l'avoir essuyé de la manière la moins infantile que je connaissais, je lui tournais un instant le dos pour nettoyer le bol. Revenant à ses côtés, je lui désignais l'eau aromatisée - un bouillon, presque agréable en bouche, quoique épicé.

- Je m'appelle Johann et vous ?

- Winath, buvez, ça devrait réguler la douleur. Après une moue, j'ajoutais : attention, ça pique.

L'aidant à prendre le remède, je commençais à faire la conversation.

- Ne vous excusez pas, vous ne m'avez rien demandé ; je prends le blâme.

Après un sourire entendu, je vérifiais doucement l'état de ses plaies et en profitais pour vérifier l'état de ses pupilles et de ses mains. Les colorations étaient bonnes, il ne semblait pas faire de fièvre. Après avoir veillé à ce qu'il soit bien installé, je m'asseyais face à lui, picorant mon déjeuner dans un bol de fruits des bois.

- Alors, Johann... Vous vous bâtez souvent ? Je pense que oui.. Comment en êtes-vous arrivé là - vous n'avez pas à répondre. Je dirais plutôt : qu'avez-vous pensé du déjeuner ? Vous êtes en quelque sorte mon invité, ici, donc soyez franc. Promis, je ne me vexerais pas.

Lui souriant toujours, je tâchais de le concentrer sur autre chose que la douleur - le temps que mes médicaments fassent effet. De plus, je n'avais pas tous les jours l'opportunité de discuter avec quelqu'un et le mettre à l'aise - du moins était-ce mon but - ne pouvait pas être une mauvaise chose.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge [PV Winath Lone]
Revenir en haut Aller en bas
Réécrivons l'histoire du Chaperon Rouge [PV Winath Lone]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Attendant son petit chaperon rouge...
» un RP avec le petit chaperon rouge??
» Magister, maitre des sangraves [Pris]
» [TERMINÉ ] Episode n°2 : Sur la promenade de Miami... [ A & P]
» Petit tutorial pour Gimp



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Le Sang de nos Coeurs :: Côté RPG :: Forêt Sombre :: Cimetière abandonné-
Sauter vers: