Au XIXe Siècle, en 1864, dans la région de Stormfield, des créatures rôdent..
Comment survivez-vous parmi elles ?

 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion





Le service reprend [PV William Teddy Hobbs]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Côté RPG :: Straunbourg :: Les Rues
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Straunbourg
Description Caractérielle:
Relations:
Nécromancienne de Sorcellerie Vaudoo
Nécromancienne de Sorcellerie Vaudoo
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
Date d'inscription : 11/03/2017
MessageSujet: Le service reprend [PV William Teddy Hobbs] Mer 29 Mar - 10:35
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le service reprend !


Featuring William Teddy Hobbs


Une nouvelle journée commence. Cela ne faisait que deux semaines qu'Anita était arrivée à Straunbourg. Elle habitait dans l'un des appartements de cette grande ville. Elle n'avait pas mis longtemps à remarquer qu'il y avait une abondance de vampires et d'autres créatures dans les environs. Elle avait ouvert sa petite entreprise de réanimation. Elle la gérait en parallèle avec Bert Vaugh. Pour le moment, elle n'avait pas eu beaucoup de demande. Et la police n'avait pas encore fait appel à ses services. Les vampires et les autres créatures surnaturelles seraient-elles plus sages qu'aux États-Unis d'Amérique ? Peu probable. Il y avait toujours des méchants partout. Toujours des tueurs en série, qu'ils soient humains ou non. Elle avait l'habitude.

Cette nuit, elle avait relevé deux zombies sans difficulté. Son pouvoir augmentait de jour en jour, et elle remarquait qu'elle n'avait pas forcément besoin de sang d'animaux pour les relever. C'était une bonne et une mauvaise chose en soi. Son matériel était dans son sac et elle rentrait chez elle. Les vampires la craignaient. Elle était l'Exécutrice, elle résistait à l'hypnose. Elle était également plus forte et plus rapide que les humains normaux. Mais elle était aussi surnommée « Démon » par les religieux. Ils n'acceptaient pas que les morts se relèvent. Pourtant, si elle n'utilisait pas son pouvoir, les morts se relèveraient d'eux-mêmes pour aller jusqu'à elle. Cela était arrivé deux fois quand elle était plus jeune. Elle avait relevé sa chienne, et un de ses professeurs de l'université qui s'était suicidé.

En rentrant chez elle, elle croisa des vampires bien sûr. Mais elle était tranquille. Elle était armée, tout était à sa portée. Elle rentra chez elle et trouva une enveloppe qui avait été glissé sous sa porte. De simples mots d'une écriture calligraphique tout en courbes étaient écrits:


Agent Blake, vos services sont requis pour une enquête par la police de Straunbourg. Rendez-vous à l'Eglise à 10h.

Il n'y avait pas de signature à part le nom de la personne : William Teddy Hobbs. Les affaires reprenaient. Mais elle n'était pas vraiment enchantée. Il était 4h du matin, et elle devait aller à l'Eglise pour 10h. Elle soupira. Peu de temps pour dormir ! Elle programma son réveil sur 9h et s'empressa de se coucher. Quand elle se réveilla, c'était comme si elle n'avait pas dormi. Elle serait alors de mauvaise humeur, et elle espérait que la police ne lui compliquerait pas les choses ! Elle but sa première tasse de café de la journée, laissant le liquide chaud couler dans sa gorge pour la réchauffer. Elle se prépara et s'équipa, utilisant les caches secrètes de son appartement. Elle portait un holster à l'épaule, plaçant son arme sous son aisselle gauche. Ses cicatrises étaient parfaitement visibles sur son bras gauche. Elle plaça également le harnais de sa dague dans son dos le long de sa colonne vertébrale. Ses cheveux cachaient le manche.

Des fourreaux de poignet vinrent complétés sa tenue avant qu'elle enfile une veste. Quand les gens aperçoivent une arme, ils ont tendance à paniquer et à hurler. Elle avait son insigne de marshall à la ceinture. Habituée tout en noir, elle se sentait mieux armée. Elle ne sortait jamais sans une arme. Elle avait également un holster de cuisse avec une seconde arme et des munitions de rechange. Elle était enfin prête. Pour les chaussures, elle avait opté pour des bottines avec des talons courts. Elle était en pantalon noir.

Elle sortit de chez elle et prit la direction de l'Eglise. Elle n'eut pas trop de mal à la trouver. Il y avait beaucoup de personnes devant et beaucoup de policiers en uniformes. Un bandeau permettait aux gens de ne pas passer. Anita s'approcha de l'un des officiers et dit:


« William Teddy Hobbs m'a demandée de venir pour l'enquête. »

L'officier semblait la regarder de haut, de manière hostile. Il hocha négativement la tête et Anita leva les yeux au ciel. L'homme ajouta:


« Nous avons demandé un agent, pas une femme. Vous n'entrerez pas sur la scène de crime, mademoiselle. »

Anita soupira, sentant la colère monter. La colère avait du bon dans certaines situations. Elle respira à pleins poumons et cria, espérant que l'enquêteur entendrait:

« William Teddy Hobbs ! Ramenez-vous avant que je blesse votre officier ! »

D'autant plus que l'officier ne la prenait pas au sérieux et qu'il tentait de la faire taire en la tenant par les bras.


« Allez-vous-en mademoiselle, vous n'avez rien à faire ici ! » disait l'officier.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Straunbourg.
Description Caractérielle:
Relations:
Enquêteur de Flamdone
Enquêteur de Flamdone
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 11
Date d'inscription : 06/03/2017
MessageSujet: Re: Le service reprend [PV William Teddy Hobbs] Mer 29 Mar - 21:05

Avec Anita.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




❝     Le service reprend.      ❞



La nuit est moite et le sommeil se fait capricieux, glisse sur moi et m'échappe comme de la fumée. J'attends, me tourne et me retourne dans mon lit sans pouvoir m'endormir. Je fixe longtemps le plafond blanc, m'enquiert trop rapidement de ses irrégularités et fini par en garder la forme les paupières closes.
Je glisse doucement impossible de me mouvoir, je suis comme pris dans mes draps ou attaché, j'ouvre les yeux tout reste noir, je panique me démène et je tombe. Pas de chute, immensité noire intangible invisible ; je suis fixé dans le mouvement, je tombe et c'est tout, l'instant se déploie et ne dure qu'une seconde. Lumière. Je tombe dans une mer de sang, je m'y noie presque et me réveille en sursaut, souffle court et yeux écarquillés.
Il est bien trop tôt toujours mais je ne peux plus me rendormir. Alors je me prépare et m'habille pour sortir.
L'air de la nuit, plus vif, m'aide à avoir les idées claires. Je sais qu'il ne s'agit que d'un cauchemar mais il m'est impossible d'y faire face. Ce n'est pas la première fois qu'il revient ou que mes songes sont habités d'angoisse et de sang. Seulement rien n'y fait, je suis incapable d'y changer qui que ce soit. Habitué à peu dormir je ne fais pas de différence et commence ainsi ma journée. Je relève le col de mon manteau, baisse la tête - il y a encore trop de choses, trop de monde malgré l'heure et donc trop de détails dans lesquels me perdre - et poursuit ma route. J'erre, marche sans véritable but bien que je me connaisse assez pour comprendre que je prends les routes où il n'y a personne. Quel meilleur endroit qu'un lieu de culte ? Toujours ouvert, personne à cette heure-ci - de la nuit ?, du matin ? -, je ne suis pas croyant, non, mais je sais apprécier la beauté des bâtiments et des choses. Et l'histoire du culte en question n'est pas non plus inintéressante... Les monstres sont partout. Il y a du sang partout : même dans les fondations d'une religion fondée sur l'amour du prochain. Je passe devant l'église sans avoir l'intention d'y entrer, pourtant quelque chose cloche. La porte est entrouverte, une personne, de dos, semble partir à reculons. Mes sens en alerte, je m'approche doucement et pose ma main sur l'épaule de la personne.

- Monsieur ?

La silhouette sursaute et se tourne vers moi. Yeux dilatés, sueur, muscles crispés et visage pâle. Peur, dégoût. J'écarte doucement l'homme et me faufile dans l'embrasure des grandes portes.
Le travail m'appelle.
Je passe la tête au-dehors, interpelle mon potentiel témoin.

- Vous, allez au poste le plus proche et ne parlez de ce que vous avez vu à personne d'autre qu'un agent de police.

Toujours en état de choc, il hoche la tête et s'enfuit rapidement dans la nuit. Les agents du poste seront certainement s'occuper de lui. En attendant, j'entre à nouveau, fermant la porte derrière moi : j'ai une scène de crime à analyser.

Il est un peu plus de trois heure quand je suis rejoins par mes collègues. J'ai déjà eu le temps de relever quelques incohérences mais je n'en laisse rien paraître et avise un agent.


- Vous, écrivez ce que je vous dis.

Mon supérieur m'a parlé de l'arrivée d'un Marshall dans la région. L'agent Blake. Et vu son embarras, quelque chose de "sulfureux" quant à ladite personne. Jamais de pronom désignant directement l'agent, une gêne à recourir à ses services. L'affaire, bien que n'en ayant pas l'air, entre justement dans ces cordes. Autant l'appeler.

- Donnez-moi une heure convenable.

Le message est écrit, le rendez-vous fixé pour dix heures. Je l'envois remettre le message à l'agent - peut-être pas en main propre, vu l'heure : il est tout juste trois heures quant il revient.

Je me tourne ensuite vers les autres inspecteurs réunis.

- Que personne ne touche à rien, je m'occupe de cette investigation.

Regards éberlués, murmures.

- Il n'y a pas d'investigation, c'est un suicide, Hobbs.

Je soupire, prends la peine de redresser mes lunettes et, le regard tourné vers la victime, explique.

- Non : comment et pourquoi prendre la peine de venir dans une église la nuit, d'enlever son haut, se tailler les veines, faire disparaître la lame tout en maintenant ses poignets dans l'eau ? Il y a de la lumière, le prêtre aurait du le remarquer et venir, or, il n'est nul part. Il y a de plus trop de sang pour une seule personne et je suis presque sûr que les entailles aux poignets sont post mortem. Il y en a au moins une autre au niveau du cou.

Mon exposé achevé, je regarde les hommes qui font plus ou moins semblant de s'affairer autour de nous.

- Bloquez l'accès à l'église, il n'y aura pas de service aujourd'hui, que personne n'entre.

Dix heure approche et avec cela la foule s'amasse. On se pose des questions, la présence de la police sent le cadavre et qui n'aime pas ça ? Je grommelle et complète mes notes. Notre fameux agent Blake ne devrait pas tarder. Brouhaha supplémentaire à l'entrée, je tâche de faire abstraction, jusqu'au moment où je suis appelé.

- William Teddy Hobbs ! Ramenez-vous avant que je blesse votre officier !

Je range mes lunettes, me passe la main sur le visage et entre en scène, presque vexé du peu de réflexion de certains des officiers du poste.
L'un d'eux, dont je ne connais pas même le nom, maltraite presque mon expert. Enfin, experte. Je me dépêche d'intervenir avant qu'il ne demande à voir le véritable agent Blake, son mari, père, frère ou que sais-je.

- Vous. Laissez passer mon expert. Faites vous relayer et regagnez le poste.

Je fais entrer la femme en question, veillant à ne pas rencontrer le regards de la foule, de ne pas réagir aux questions et interjections. Je fais sortir tout le monde, prétend de ne pas remarquer les regards mauvais ou curieux que l'on adresse à mon expert - et à ma personne. Ce n'est décidément pas grâce à ma popularité que je reste dans ce poste... La porte fermée, je l’accueille enfin.

- Agent Blake. Je vous remercie d'être venue et m'excuse pour cet incident.

Nous faisons quelques pas et j'entame le résumé des faits.

- Trouvée vers une heure du matin, le corps n'a pas encore été bougé, je vous attendais. Je ne veux écarter aucune possibilité et vous en connaissez plus que moi en la matière. Le tueur est peut-être humain, oui, mais je n'en suis pas persuadé.
La personne ayant trouvée le corps est au poste, impossible de retrouver le prête. Il y a des marques de contusions aux poignets et aux pieds : elle a été attachée, égorgée, certainement vidée de son sang puis ses poignets ont été entaillés et du sang ajouté pour la mise en scène.
Si vous le désirez, vous pouvez toucher au corps, nous avons fait prendre des photographies. Avez-vous besoin d'une paire de gants ?


J'attends à présent ses observations.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Straunbourg
Description Caractérielle:
Relations:
Nécromancienne de Sorcellerie Vaudoo
Nécromancienne de Sorcellerie Vaudoo
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
Date d'inscription : 11/03/2017
MessageSujet: Re: Le service reprend [PV William Teddy Hobbs] Ven 31 Mar - 16:27
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le service reprend !


Featuring William Teddy Hobbs


La tension se faisait de plus en plus tendue entre l'officier et le petit bout de femme qui ne voulait pas en démordre. Elle était un agent marshall, elle avait son insigne, mais cela n'avait pas suffit au policier sexiste qui lui avait refusé l'accès à la scène de crime. Alors elle avait dû crier. Crier pour que l'enquêteur qui lui avait demandé de venir intervienne avant qu'elle dégaine. Oui, elle aurait dégainé, parce qu'elle était de très mauvaise humeur. Cet officier lui tapait sur les nerfs ! Il lui tenait les bras au niveau des épaules, elle pouvait manoeuvrer à sa guise. Elle connaissait tout un tas d'arts martiaux qui lui avaient plusieurs fois sauvée la vie dans son travail. Mais elle ne s'en servit pas parce que William Teddy Hobbs fit son entrée en parlant:


- Vous. Laissez passer mon expert. Faites vous relayer et regagnez le poste.

Anita lance un regard à l'officier, l'air de dire : « Allez, tu as écouté ton supérieur ! ». Elle le défiait du regard de se rebiffer, et elle avait une main posée sur son arme à l'aisselle gauche. Elle n'avait confiance en personne. Elle suit alors l'enquêteur, habillé de sa veste, dans l'église. La nécromancienne observe tout, elle voit les regards mauvais et curieux de tout le monde. Elle sait pourquoi des prêtres la dévisagent en touchant leur croix. Pour eux, elle était maléfique. Alors elle fait sa maligne et leur envoie un baiser de la main en souriant. Une fois la porte refermée, elle se tourne vers l'enquêteur. Elle aperçoit la scène de crime en fond mais n'y apporte pour le moment pas la moindre attention. Avait-elle vraiment envie de la voir ? Pas vraiment. Avait-elle le choix ? Oui, sauf qu'elle voulait sauver des innocents.

- Agent Blake. Je vous remercie d'être venue et m'excuse pour cet incident.

La femme de petite taille ne fit qu'acquiescer. L'homme ne semblait pas le moins du monde déranger par le fait qu'elle était une femme. Savait-il réellement ce qu'elle était ? Qui elle était ? Elle en doutait sérieusement. Elle le suit et ils arrivent près de la scène de crime. Du sang coule encore près de l'autel pour continuer dans la nef. Anita frissonne. Elle avait connu pire comme scène de crime. Mais chacune d'elles continuaient à lui donner des cauchemars. D'où le fait qu'elle dorme avec Sigmund, son pingouin en peluche. Elle observa la scène tout en écoutant William Teddy Hobbs:

- Trouvée vers une heure du matin, le corps n'a pas encore été bougé, je vous attendais. Je ne veux écarter aucune possibilité et vous en connaissez plus que moi en la matière. Le tueur est peut-être humain, oui, mais je n'en suis pas persuadé.
La personne ayant trouvée le corps est au poste, impossible de retrouver le prête. Il y a des marques de contusions aux poignets et aux pieds : elle a été attachée, égorgée, certainement vidée de son sang puis ses poignets ont été entaillés et du sang ajouté pour la mise en scène.
Si vous le désirez, vous pouvez toucher au corps, nous avons fait prendre des photographies. Avez-vous besoin d'une paire de gants ?


Anita avait tendance à amener ses propres affaires sur les scènes de crimes. Elle avait donc des gants dans son sac. Elle en sortit une paire. Elle n'adressa pas un regard à l'enquêteur. La scène de crime ressemblait beaucoup trop à une mise en scène à son goût. Etait-ce le premier meurtre ? Si oui, il y en aurait d'autres, elle en était certaine. Elle sentait son pouvoir bouger en elle, comme si elle savait déjà quelle sorte de créature avait fait cela. L'enquêteur était-il sensible à ce genre de psychisme ? Elle ne le connaissait pas, elle ne pouvait pas juger. Elle se tourna vers lui et demanda calmement:

« Reculez un peu, Hobbs, s'il vous plaît. »

Elle avait souvent besoin d'air sur les scènes de crime. Certaines étaient tellement monstrueuses qu'elle avait failli s'évanouir. Mais pour le moment cela n'était pas arrivé. Elle se retrancha dans sa petite zone psychique où elle se sent calme et sereine, puis elle se met au travail. Elle ne voit plus le cadavre comme une personne, mais comme un objet. C'était beaucoup mieux ainsi. Equipée d'une règle et de sa paire de gants, elle s'approcha de la victime. C'était tout un art de marcher dans du sang sans glisser, mais elle pratiquait cet art à la perfection. Elle remarqua que les entailles au cou et aux poignets étaient post-mortem. Le cadavre commençait déjà à atteindre sa rigidité cadavérique, il commençait à refroidir. Elle chercha alors ce qu'elle avait ressenti. Elle tourna la tête de la victime d'un côté puis de l'autre. Elle était dénudée alors ses yeux se dirigèrent vers la poitrine de la femme. Elle trouva ce qu'elle cherchait : une morsure. On pouvait facilement reconnaître les deux trous des canines. Un ou une vampire. Anita souleva lentement la jupe de la fille allongée et lui écarta les jambes. Elle trouva une seconde morsure à l'intérieur de la cuisse gauche.

Elle ferma les yeux un instant puis elle prit les mesures des deux morsures. Elles ne concordaient pas entre elles. Donc deux vampires. Elle murmura une prière. La chrétienté l'avait rejeté, elle était épiscopalienne à présent. Elle recula de la victime puis remarqua une chose sur la main gauche de la victime : une alliance à l'annulaire. Elle retourna vers l'enquêteur et retira ses gants. Elle prit une inspiration mais cela n'était pas une bonne idée. L'odeur était rempli par celui du sang : froid et métallique. Elle respira tout de même et annonça:


« La victime est mariée, à qui ? Je ne sais pas, il faut trouver son identité, il sait peut-être quelque chose sur son emploi du temps. Toutes les entailles ont été faites post-mortem. Je suis persuadée que le sang sur le sol n'est pas le sien. Tout ceci est une mise en scène. »

Elle s'arrêta un très court instant alors que son pouvoir la chatouillait de l'intérieur. On était en pleine journée, mais cela lui était arrivée plusieurs fois.

« Ce ne sont pas des humains qui ont fait cela. Ce sont deux vampires au minimum. Ils l'ont vidée de son sang par une morsure au sein gauche, près du cœur, et par une morsure à l'intérieur de la cuisse gauche, à l'artère fémorale. »

Elle hésita un instant puis demanda en le foudroyant du regard. Elle était en rogne de ne pas avoir sauver la victime, de ne pas avoir tué ces foutus vampires à temps. Alors elle se trouvait une « victime », même si elle savait qu'il n'y pouvait rien.

« Dites-moi, William Teddy Hobbs, savez-vous chasser le vampire ? Que saviez-vous de moi avant de m'appeler ? Votre supérieur vous a sûrement remis mon dossier. »

Elle était un peu trop froide à son goût, mais tout ce sang la rendait nerveuse. La colère était souvent présente chez elle, elle l'aidait à tout sûrmonter.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Straunbourg.
Description Caractérielle:
Relations:
Enquêteur de Flamdone
Enquêteur de Flamdone
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 11
Date d'inscription : 06/03/2017
MessageSujet: Re: Le service reprend [PV William Teddy Hobbs] Lun 1 Mai - 13:00

Avec Anita.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




❝     Le service reprend.      ❞



Etant présent depuis trop longtemps sur la scène de crime, je commence à ne plus rien voir ou sentir. Le corps est devenu une sorte d'accessoire, incongru et macabre, oui, mais un accessoire malgré tout. La scène a perdu de son effet, pour moi. Le marshall s'approche et récupère ses propres gants ; je suis satisfait de constater que mon expert sait ce qu'il fait et a son matériel.

- Reculez un peu, Hobbs, s'il vous plaît.

J'hoche la tête et m’exécute. Je sais qu'il n'y a rien de personnel, je fais moi-même ce genre de demandes aux autres. Je la regarde se mettre au travail, suit ces mouvements sans pour autant la fixer. C'est sur le corps que je me fixe, tâche de suivre de loin son examen de la décédée. Elle ne néglige aucune piste et inspecte le corps, prend des mesures. Puis elle se dirige vers moi et ôte ses gants, j'attends son compte-rendu, impassible.

-  La victime est mariée, à qui ? Je ne sais pas, il faut trouver son identité, il sait peut-être quelque chose sur son emploi du temps. Toutes les entailles ont été faites post-mortem. Je suis persuadée que le sang sur le sol n'est pas le sien. Tout ceci est une mise en scène.

Elle a aussi remarquée la bague, je n'ai plus de doutes sur son efficacité sur une scène de crime, contrairement à la majorité des personnes ayant été présentes sur cette scène de crime, elle sait ce qu'elle fait.

- Ce ne sont pas des humains qui ont fait cela. Ce sont deux vampires au minimum. Ils l'ont vidée de son sang par une morsure au sein gauche, près du cœur, et par une morsure à l'intérieur de la cuisse gauche, à l'artère fémorale.

J'hoche la tête, prends quelques notes. Mon intuition était bonne. Deux tueurs, donc, si ce n'est plus. Il va nous falloir des confirmations, une enquête n'avance pas avec des suppositions. Je me re-concentrais sur mon interlocutrice et notais un changement. Elle était énervée, frustrée, peut-être. Ce n'était pas mon cas - non, pas quand j'ai encore en face de moi le corps d'une victime. Comment juger quand parfois, j'ai l'impression que c'est moi, qui suis le tueur, quand mon travail est de trouver des réponses, de comprendre..? La colère se retourne contre moi, il se pourrait que ce soit encore une fois le cas. Je me passe la main sur le visage, ravale ma fatigue et songe à tout ce qui nous attend encore.

- Dites-moi, William Teddy Hobbs, savez-vous chasser le vampire ? Que saviez-vous de moi avant de m'appeler ? Votre supérieur vous a sûrement remis mon dossier.

Inquisitrice, je me demande si elle cherche à provoquer une réaction chez moi et si elle en est seulement consciente. J'inspire, me fait calme.

- Je sais que le département a besoin de quelqu'un comme vous pour cette enquête, et non, je ne serais pas un poids quand il faudra arrêter ces criminels.

Certains carburent à la colère. C'est un métier difficile, à chacun ses méthodes pour ne pas en devenir fou. Mon problème, c'est que je n'en ai pas. Cela ne se voit pas, non, mais je n'ai pas de garde-fous. Quand je me penche sur une enquête, c'est mon être tout entier qui s'en investi, ma santé mentale qui est en jeu. Je le sais et je ne peux rien y faire. Je pince l'arrête de mon nez, vieux tic de porteur de lunettes, et m'enquiert :

- Pouvons-nous déterminer avec certitude qu'il n'y avait pas plus de deux vampires et leurs sexes ? Nous aurons besoin du plus d'éléments possible avant de pouvoir appréhender qui que ce soit. Je fais une pause, parcoure l'église du regard. Le prêtre disparu pourrait-il être un des vampires, ou bien est-il une de nos victimes..?

Je laisse une dernière fois mes yeux glisser sur le décor avant de fermer les yeux, concentré.

- Nous sommes deux, au minimum, la femme est attachée et inconsciente. Elle est ensuite à demi-dévêtue, elle ne se rend compte de rien. Le but n'est pas de la faire souffrir, il y a un message derrière, quelque chose d'autre. C'est personnel, mais elle n'est pas directement concernée. Elle est mordue et vidée de son sang, puis le décor est mis en place.. J'ouvre les yeux. Pouvez-vous estimer de combien de temps ont-ils eu besoin ?

Mon regard tombe sur le cadavre, penché sur l'autel. Nous trouverons les coupables. C'est une certitude pour moi, à ce stade. Puis je réalise que c'est peut-être ça, justement, qui me permet de tenir le coup. Je sais que, d'une manière ou d'une autre, justice sera rendue. Et que j'aiderais à la rendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Straunbourg
Description Caractérielle:
Relations:
Nécromancienne de Sorcellerie Vaudoo
Nécromancienne de Sorcellerie Vaudoo
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
Date d'inscription : 11/03/2017
MessageSujet: Re: Le service reprend [PV William Teddy Hobbs] Lun 11 Déc - 17:34
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le service reprend


Featuring William Teddy Hobbs


Calme, tout est beaucoup trop calme. Même les policiers étaient silencieux. Après tout, ils étaient sur une scène de crime, c'était macabre. Une femme vidée de son sang avec une morsure à l'artère fémorale et une au dessus du sein. Avec deux vampires au minimum pour criminel. Génial... Anita était absolument ravie. Assister à cette mise en scène ne lui plaisait pas tant que cela, mais coincer les monstres qui réalisent de telles atrocités était un réel plaisir pour elle. Mais là pour le moment elle était sur les nerfs. Tout cela lui tapait sur les nerfs. Et encore c'était peu dire. La vue du sang etc, rien ne la dérangeait. Et puis elle avait l'habitude de tout cela, elle était agent marshall, exécutrice et nécromancienne. Elle n'était pas à sa première enquête. Et cela ne serait pas la dernière. Non ce qui l'énervait c'était qu'elle semblait face à un humain qui semblait ne pas avoir lu son dossier. Savait-il qui elle était ? Ce qu'elle était ? Les autres agents de police s'étaient montrés assez agressif avec elle. Elle avait une certaine réputation après tout. On l'appelait surtout « Reine des Zombies ». Qu'importe.


- Je sais que le département a besoin de quelqu'un comme vous pour cette enquête, et non, je ne serais pas un poids quand il faudra arrêter ces criminels.

Elle l'observe se pincer l'arrête du nez alors qu'elle fulmine. Ainsi il ne savait rien. Elle allait répliquer quelque chose, son pouvoir sortant un peu de ses pores, quand il dit ensuite:

- Pouvons-nous déterminer avec certitude qu'il n'y avait pas plus de deux vampires et leurs sexes ? Nous aurons besoin du plus d'éléments possible avant de pouvoir appréhender qui que ce soit.

Il semble faire une pause alors qu'il parcourt l'église du regard, alors Anita se tait. Ce n'était pas son genre.

- Le prêtre disparu pourrait-il être un des vampires, ou bien est-il une de nos victimes..?

La jeune femme prend le temps d'y réfléchir alors que l'enquêteur continue, concentré avec les yeux fermés.

- Nous sommes deux, au minimum, la femme est attachée et inconsciente. Elle est ensuite à demi-dévêtue, elle ne se rend compte de rien. Le but n'est pas de la faire souffrir, il y a un messaye derrière, quelque chose d'autre. C'est personnel, mais elle n'est pas directement concernée. Elle est mordue et vidée de son sang, puis le décor est mis en place.. Pouvez-vous estimer de combien de temps ont-ils eu besoin? demanda-t-il après avoir ouvert les yeux.

Elle le voit poser son regard sur le cadavre. Elle, elle réfléchit. Elle essaie de se calmer alors elle se met à marcher, faisant les cents pas. Elle réfléchit à tout allure. Les créatures surnaturelles se croient toute puisante. Les affaires de crimes où elles étaient impliquées se multipliaient. C'était un signe qu'elles voulaient passer à l'action. Se montrer au jour, aux humains, montrer leur dominance. Cela ne lui plaisait pas. Surtout que l'enquêteur était déjà au courant, ainsi que les agents de police présent. Mais dans quel merdier ils étaient encore... Deux vampires devaient être suffisamment âgés pour boire aussi vite parce que la rigidité cadavérique n'était pas encore totale. Cela s'était passé dans la nuit. La police n'était donc pas arrivée longtemps après. Elle était rentrée à 3h du matin chez elle, le message était déjà là alors... Elle revient vers l'enquêteur. Il était grand, plus grand qu'elle. Mais elle ne se laisserait pas marcher sur les pieds pour autant, enquêteur ou pas. Alors elle était face à lui, presque coller nez à nez si c'était possible, sauf qu'elle devait lever la tête.


- Savez- vous au moins ce que je suis ? Vous vous fiez au jugument de votre département, mais savz-vous qu'ils me considèrent comme un monstre ?

C'était la vérité. Son regard était froid, glacial. Elle inspira un coup et se recula. Elle ne pouvait pas s'empêcher de provoquer les gens, c'était plus fort qu'elle. Elle souffla silencieusement et tourna son regard vers la victime.

- Le nombre de vampires ne peut pas être exact. Ce n'est pas le nombre de morsures qui définit le nombre de criminel. Il y en a deux minimum. Peut-être sont-ils manipulé, peut-être agissent-ils de leur propre chef. On a besoin de trouver ce prêtre. Il a un cabinet, un lieu de résidence à l'arrière de l'église n'est-ce pas ? On devrait y jeter un œil. Vu l'heure à laquelle vous m'avez laissé le message cette nuit pour ce rendez-vous, il ne leur a pas fallu longtemps pour la vider de son sang. Entre une et deux heures tout au plus. Je dirais que ce sont des vampires assez âgés sinon ils seraient encore sur les lieux.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Straunbourg.
Description Caractérielle:
Relations:
Enquêteur de Flamdone
Enquêteur de Flamdone
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 11
Date d'inscription : 06/03/2017
MessageSujet: Re: Le service reprend [PV William Teddy Hobbs] Ven 15 Déc - 9:16

Avec Anita.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




❝     Le service reprend.      ❞



Elle s'agite, je tâche de ne pas la fixer, laissant mon regard dériver sur le lieu. Je ne suis pas entré dans ce genre de lieu depuis une éternité. Qui aurait cru que mon travail m'y ramènerait ? Je soupire, retient un tic et tâche de déshabituer mes yeux au spectacle macabre. Mes yeux tombent à nouveau sur le corps et une bouffée de culpabilité m'envahie. Je sentirais presque le goût de son sang sur ma langue. Je déglutis, lève la tête un instant vers les vitraux colorés, un instant tout me semble écarlate. Je laisse la sensation se dissiper puis fronce les sourcils, le marshall très proche de moi. Je me fige, conscient qu'elle estime tout cela nécessaire. Dans un autre contexte, je me serai peut-être inquiété des rumeurs que des yeux importuns pourraient faire circuler. Pas pour moi, mon nom a déjà bien trop fait couler d'encre. Elle lève la tête vers moi, malgré les apparences, nous n'avons qu'une quinzaine de centimètres de différence, ainsi ne se tord-t-elle pas le coup pour me fixer.

- Savez- vous au moins ce que je suis ? Vous vous fiez au jugement de votre département, mais savez-vous qu'ils me considèrent comme un monstre ?

Je ne cille pas tandis qu'elle s'éloigne de quelques pas. Il faut croire que mon global manque de réaction l'inquiète sur mes capacités. Je pensais m'être fait comprendre, il me faudra expliciter. Mais les rumeurs me semblent un très mauvais sujet de conversation. La femme sur l'autel mérite surement mieux. L'humeur de mon experte se modifie, elle se fait plus concentrée.

- Le nombre de vampires ne peut pas être exact. Ce n'est pas le nombre de morsures qui définit le nombre de criminel. Il y en a deux minimum. Peut-être sont-ils manipulé, peut-être agissent-ils de leur propre chef. On a besoin de trouver ce prêtre. Il a un cabinet, un lieu de résidence à l'arrière de l'église n'est-ce pas ? On devrait y jeter un œil. Vu l'heure à laquelle vous m'avez laissé le message cette nuit pour ce rendez-vous, il ne leur a pas fallu longtemps pour la vider de son sang. Entre une et deux heures tout au plus. Je dirais que ce sont des vampires assez âgés sinon ils seraient encore sur les lieux.

Je prends quelques notes, réexamine la scène du crime du regard. Manipulés ? Je suis trop habitué à voir le mal s'exprimer de son plein gré que je n'ai même pas envisagé cette possibilité. Je me félicite d'avoir fait appel à une personne plus compétente sur le sujet. Je range mes lunettes, me pince légèrement l'arrête du nez puis croise son regard.

- Marshall Blake. Je sais tout ce qu'il y à a savoir. Vous êtes plus que bonne dans votre champ d'expertise et c'est tout ce qui m'importe. Nous sommes tous des monstres aux yeux de quelqu'un., je marque une pause, me tourne vers la porte entrouverte de l'église et poursuit. Si vous tenez tout de même à ajouter quelque chose sur vous, ce ne sera pas ici. Nous sommes entourés d'oreilles indiscrètes. Les monstres tuent des innocents. Qu'importe leur forme, leur origine, leur race. Tuer un enfant fait autant de vous un monstre que d'avoir des crocs. Le jugement de mon département ne m'intéresse pas. Certaines personnes me préféreraient bien volontiers au même endroit que nos criminels - en prison, enterré, sinon interné.

Mon regarde dérive sur notre scène de crime, se fait plus vague.

- Ils vous diraient qu'il faut bien un monstre pour un trouver un autre. Enfin... Pouvons-nous poursuivre ? Le corps devra bientôt être emmené. Jugez-vous une autopsie nécessaire ? Le service n'aime pas les corps anonymes, nous pourrions avoir des problèmes avec les croyances de la famille.

Ces considérations me rebutent mais il y a des règles précises, et éviter une esclandre publique pourrait être appréciable. Pas si le corps a d'autres informations à nous révéler, cela va de soi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le service reprend [PV William Teddy Hobbs]
Revenir en haut Aller en bas
Le service reprend [PV William Teddy Hobbs]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Avant de reprendre son service.. [Pv Fabien]
» INITE se met au service de Martelly
» La waaagh! Dromar reprend du service!



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Le Sang de nos Coeurs :: Côté RPG :: Straunbourg :: Les Rues-
Sauter vers: