Au XIXe Siècle, en 1864, dans la région de Stormfield, des créatures rôdent..
Comment survivez-vous parmi elles ?

 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion





Amanda Warren.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Arrivée à Stromfield... :: ... Via la Mairie. :: Présentations Validées :: Humains
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Flamdone.
Description Caractérielle:
Relations:
Fondatrice & Humaine.Fille du Maire de Flamdone.
Fondatrice & Humaine.
Fille du Maire de Flamdone.
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-laguerre-eh.forumactif.org/
Messages : 488
Date d'inscription : 04/06/2013
MessageSujet: Amanda Warren. Mer 5 Juin - 8:22
AMANDA WARREN
C'est dans le réconfort de la nuit que je voie les heures passer, la vie se dérouler, mon temps s'écouler.



Nom : Warren.
Prénom : Amanda.
Age : 16 ans.
Type : Humaine.
Ville d'Origine : D'origines irlandaises et anglaises, elle est né à Straunbourg.
Ville Actuelle : Flamdone.
Signe particulier : Elle à des intuitions et possède des yeux vert d'une teinte pomme, mais en plus pâle, tirant sur le gris.
Titre : Fille du Maire de Flamdone.
Métier : Plus tard, elle veut être bibliothécaire.
Don : Elle à des absences, où une voix inconnue l'aide et lui parle de toute une sorte de choses qu'elle ne connait pas.





Physique

Amanda n’est pas très grande. Non, vraiment, on la dépasse aisément, bien qu’elle ne soit pas si petite que ça, en effet, elle mesure quand même plus du mètre soixante, elle est aussi plutôt fine, ou du moins mince, car elle n’est quand même pas dénuée de charmes, bien que cela reste discret. Ses cheveux sont roux, un beau roux, pas trop pâle ni trop rougeoyant. Ils lui arrivent aux épaules, car elle les fait couper souvent. Amanda a aussi deux iris verts. Un joli mais étrange vert qui se rapproche du vert dit « pomme » tout en étant plus pâle, mais en tirant aussi plus sur le gris. Son visage est assez fin, lui aussi, mais, avec ses grands yeux, son petit nez droit, ses lèvres rosés, quoique plutôt cerises, en faite, elle n’a plus l’air de l’enfant qu’elle était.


Caractère

Je pense que.. Quand même, je suis complexe, assez hésitante. Je change souvent d’avis, étant donné que, la plupart du temps, les informations me viennent au compte-goutte, au fur et à mesure. Je suis ouverte à tout ou presque, ayant déjà ma dose d’étrange, rien qu’en parlant de moi. Depuis toute petite, en faite, jusqu’où que j’aille dans ma mémoire, je n’ai jamais été seule. Toujours, la voix m’accompagnait. Je suis la seule à l’entendre, selon mes divers tests et essaies. Et, quand elle me parle, on me croit souvent absence, ailleurs, mais il est vrai que je dois en avoir tout l’air. Ayant toujours eu des dialogues, des conversations avec une voix que je suis seule à entendre, j’imagine qu’on puisse avoir plus étrange. On peut dire que je suis intelligente, assez vive d’esprit, bien qu’étourdie, tant et si bien que je peux facilement passer à côté de détails importants, voir essentiels. J’aime me cultiver, entretenir mon intelligence, je lis beaucoup. J’adore les livres, ils racontent des siècles, des histoires, la vérité du passé. Parfois, ma voix me parle d’eux quand je les tiens. Peut être pour ça que quelque part, j’ai toujours voulut devenir bibliothécaire.. Souhait que mon père ne comprendra sans doute jamais, lui qui est toujours à me reprocher mon manque d’ambition.. Mon « cruel » manque d’ambition ! Je pense que nous ne serons jamais vraiment d’accord sur un sujet. Sinon, je suis curieuse, gentille, mais modérément. Car, même sans être colérique, je peux parfois être en colère, comme tous, chacun à ses limites. Souvent, c’est contre ma bêtise que je m’emporte. Je ne suis pas du genre à frapper, je trouve que bien souvent, les mots suffisent, sont assez fort pour ça, pas besoin d’autre chose. Je suis très superstitieuse, et je suppose que vous comprenez bien pourquoi. J’ai toujours eu des espèces de « visions », d’intuitions et de mots, de messages que la voix me dicte, me fait parvenir. J’adore étudier les parchemins, les livres anciens, ils ont tant de choses à raconter, de secrets à dévoiler ! Parfois, rien qu’en touchant, je peux connaître leurs histoires, des choses sur eux. Peut être pour cela que je souhaite être entourée d’eux ? En tout cas, à chaque fois, j’ai le mince espoir de comprendre ce qui m’arrive, d’où vienne toutes ces choses. J’aime protéger mon entourage, bien qu’il soit restreins, mes amis, ce qu’il reste de ma « famille », mais le plus souvent, ce sont les plus jeunes que j’aide. Voilà un petit aperçu de moi.


Histoire

Je suis née il y a seine années, en pleine hiver, ou du moins, le jour de son solstice. Le 21 décembre 1848. Souvent, il y a des choses dont on ne se souvient pas. Ou plus. Ma naissance, je m’en souviens. Bien vite, j’ai découvert que les gens avaient tendance à ne plus s’en rappeler. Je n’en ai encore jamais parlé, cela reviendrait sans doute à parler. Beaucoup trop. Parler de la voix que j’entends, qui, je crois, m’a permise de garder plus de souvenirs, de garder les images de mon enfance, de me rappeler mon premier jour de vrai conscience. Avant ça, j’étais sans être, je ne pensais pas. Mes seules sensations étaient la quiétude ou l’angoisse, parfois, quand je sentais des coups sur le ventre qui m’abritait. Cette plénitude ne dura pas et, à mon sixième mois, j’amorçais en catastrophe ma venue en ce monde. Je n’étais pas prévue avant des jours et des jours et, à la surprise générale, c’est la nuit la plus courte de l’année que je naquis. Je passerais l’impression d’étouffement, l’angoisse qui me saisissait, et arriverais directement à la force de l’air ouvrant mes poumons pour la première fois, à l’hurlement strident de nourrisson que je poussais, puis à la chaleur de bras qui m’étreignais. Plus tard, je désignerais cette personne par « maman ». Mon père, candidat aux élections pour être maire, à l’époque, était bien vite parti, ne comprenant pas les douleurs de sa femme, s’enfuyant ailleurs, dans son cabinet de travail, quelques rues plus loin, pour « dormir en paix ». Cette première image n’est pas flatteuse, mais tant pis, les mots de ma mère, tendre, doux, résonne encore près de mon oreille.
« Bonjour, belle amie. Je suis désolé, mais tu ne verras que moi aujourd’hui, car je vois le jour qui perce à travers la brume matinale. Ton cher père n’est pas là, il est parti dormir à son travail, il ne supporte plus mes malaises.. Mais il faut croire que celui-ci est le bon, le dernier ! Tu t’appellera Amanda.. Bienvenue, mon trésor. »
Il est vrai que les années se succédèrent avant que je ne comprenne et ne donne un sens à ces paroles, mon esprit n’étant pas assez grandit pour ça, mais, avec la voix, qui le jour même de ma naissance, en plein après-midi, vint à me parler pour la première fois.
« Amanda. »
Mes petites quenottes s’agitèrent, tandis que je cherchais l’origine du bruit, gigotant tant bien que mal, le corps lourd et pataud.
« Oh, ne t’agite pas comme ça, voyons, tu pourrais te faire mal.. Je ne sais pas par quel nom tu me désignera, mais sache que.. Oui, je suis là, et pour longtemps. Dors bien.. Amanda… »
Voici notre première rencontre. Maintenant, j’ai cessé de chercher, je sais bien que personne ne l’entends. Elle résonne en moi, c’est tout. Et je m’en accommode tout à fait, lui répondant de mes pensées. Je l’appelle désormais Hélène, car c’est le deuxième prénom de ma mère. Enfin, c’était.. Elle est morte avant que je n’atteigne mes six ans, mais chaque moment passé avec elle est gravé dans ma mémoire. C’est l’été suffocant de 54 qui eu raison d’elle. Rosaline, de son premier prénom, n’était pas de constitution fragile, mais je crois bien que les mauvais traitements moraux de mon père et les inquiétudes qu’elle avait à mon propos l’achevèrent. Une pneumonie, d’une rare violence, eu raison d’elle. Même à mes six ans, j’avais développés une curiosité raisonnable, une intelligence plutôt vive, et une bonne mémoire. Ce jour où elle demanda à voir un médecin et où, lui, trop affairé par sa ville, lui cria qu’il n’était pas riche, et que son dot à elle était si maigre qu’il n’avait pas payé le mariage. Résignée et, les yeux voilé de larmes, le teint rosé de colère, aussi bien que par la maladie, je crois, elle retourna s’aliter, trébuchant plus que ne marchant. Une semaine à peine et elle était trouvée morte dans son lit, le dimanche. Ce jour-là, mon père me força à aller à l’église. « Le jour du seigneur, avait-il dit, on ne pleure pas, sèche tes larmes et suis-moi, Dieu apaisera ton cœur. »
En réalité, il n’en était rien. Obligée d’être assise, droite, les joues sèches à prier ne fit qu’empirer ma mélancolie, je tombais même malade. L’impression de monologuer, d’offrir à une divinité inexistante me prend encore, parfois. Comment une telle personne aurait laissé la vie blesser ma mère à ce point ? Elle était pieuse, intelligente, sage et bonne. Rien n’aurait dut lui arriver, alors pourquoi ? Ces points s’éclairciront peut être un jour.
Ma seule consolation, c’est qu’Hélène rattrape mon père. Lui, trop affairé et ennuyé –je le pense- de m’avoir à charge, ne s’intéresse qu’aux actions de ma part qui pourrait donner bon opinion de lui. Je n’exagère rien en disant qu’il est égoïste et avare, et ces mots me coûte.. Me coûterait si ce père n’avait pas joué le fantôme pendant plus de huit ans. Confiant ma garde à une femme sous-payé et sèche qui ne me fit pas le plus grand bien. Elle était si stricte que je ne m’y suis pas attaché. J’ai même réussie à oublier son nom, et ces traits. Un jour que j’étudiais seule, dans ma chambre, la porte s’ouvrit ; mon père. J’étais surprise de sa présence, mais bientôt encore plus de son intrusion, quand il eu parlé de réformer mes manières solitaires, de me donner plus de grâce et d’élégance, de gommer mes imperfections, et de tout ses délires de père. Voulait-il me marier ? Et bien en tout cas, il n’y a toujours pas réussi, et je reste fermement opposé à toute union non-consentante. Ma mère n’a pas eu l’option de choisir, voyez comment sa vie à été triste ! Je le sais bien, parfois elle pleurait et me contait ses angoisses et malheurs, pensant sans doute que je les oublierais vite. Je n’ai jamais put.
Ces épisodes de ma vie vous expliqueront peut être le manque d’amour que j’éprouve pour mon père, et mon besoin d’autonomie, de libre-arbitre. Mais je vous prie de ne pas me juger sur ces quelques lignes, ce serait sans doute malheureux, attendez au moins de me connaître davantage, si la chose est possible.




Et en vrai ?

Prénom : Amandine.
Age : 14 ans.
As-tu lu le règlement ? : Oui, je l'ai même corrigé et co-écrit ^^.
Le Code : Validés.
As-tu d'autre compte ici ? : Non.
Comment as-tu trouvé ce forum ? : Je l'ai fait avec Flammy.
Disponibilité : 6 / 7
As-tu des question ? : Non.
Autre : /


.Codage pour Le Sang de nos Coeur. Copie Interdite.Par N'E.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Flamdone.
Description Caractérielle:
Relations:
Fondatrice & Humaine.Fille du Maire de Flamdone.
Fondatrice & Humaine.
Fille du Maire de Flamdone.
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-laguerre-eh.forumactif.org/
Messages : 488
Date d'inscription : 04/06/2013
MessageSujet: Re: Amanda Warren. Ven 7 Juin - 19:58
Je pense avoir finie ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Flamdone
Description Caractérielle:
Relations:
Fondatrice et Vampire
Fondatrice et Vampire
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 435
Date d'inscription : 02/06/2013
MessageSujet: Re: Amanda Warren. Sam 8 Juin - 18:01
Vi, en effet tout est bon. Je te valide
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Carte d'identité
Ville actuelle: Flamdone.
Description Caractérielle:
Relations:
Fondatrice & Humaine.Fille du Maire de Flamdone.
Fondatrice & Humaine.
Fille du Maire de Flamdone.
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-laguerre-eh.forumactif.org/
Messages : 488
Date d'inscription : 04/06/2013
MessageSujet: Re: Amanda Warren. Sam 8 Juin - 18:15
Héhé ~ Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Amanda Warren.
Revenir en haut Aller en bas
Amanda Warren.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Oh, ça tourne. [Crystal & Warren]
» Enfin une star chez les pécores, moi ! [New/Amanda Lear]
» Melinda Warren [Terminée]
» C'est le temps des explications... (Hope et Warren ♥)
» Amanda K. Mayers ☆ Froide est la douleur de croire que la chaleur ne reviendra jamais



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Le Sang de nos Coeurs :: Arrivée à Stromfield... :: ... Via la Mairie. :: Présentations Validées :: Humains-
Sauter vers: